Chapelle Notre Dame d'Espérance de l'île aux Moines

Située rue de la Mairie, en direction de la pointe du Trech, au nord de l’île, cette chapelle est parfois désignée appelée plus communément « chapelle du Trech ».

Son nom, Notre Dame d’Esperance, est liée la création sur l’Île-aux-moines, par le recteur Le Diot, de la Congrégation de la Sainte Vierge destinée aux jeunes filles  et dont l’effectif dépassa la centaine dès sa création. Cette congrégation faisait en effet partie d’une archiconfrérie fondée à Saint Brieuc par l’abbé Paul Prud’homme vers 1848 et dont la chapelle portait ce nom, en lien avec l’émotion suscitée par la défaite française de 1870.

La première pierre de la chapelle de la Congrégation de la Sainte Vierge de l’Île-aux-moines fut posée le 1er mai 1880. Sobre édifice rectangulaire, il est prolongé d’un chœur en demi-cercle, et coiffé d’un élégant clocheton en pierre de taille. Les étroites baies plein cintre, et un oculus sur le pignon sont ornementés de vitraux refaits récemment. L’intérieur est des plus simple : bancs de bois sur un dallage en granit, murs blanchis à la chaux, voûte de plâtre remplacée en 1955 par un lambris. Détériorée régulièrement par l’humidité, comme la chapelle Sainte Anne du Guéric, Notre Dame d’Espérance a été restaurée en 1995, et surtout en 2012.

Dans le fond du chœur, un bel autel en bois, devant lequel le célébrant se trouve obligé de tourner souvent le dos à l’assemblée, comme par le passé. De chaque côté, des statues en plâtre de Sainte Philomène et Sainte Françoise d’Amboise, ainsi qu’une croix sculptée, et une modeste, mais émouvante Pietà, toutes deux en bois. Plus en avant, la statue de Sainte Anne instruisant la Vierge Marie fait face à celle de Joseph portant l’Enfant Jésus.

Une statue de la Vierge à l’Enfant, avec à ses pieds une ancre de marine, emblème de la protection des marins surplombe l’autel. A la fin du 19ème siècle, il y avait une trentaine de thoniers à l’Ile-aux-Moines. Les marins partaient de juin à septembre puis reprenaient parfois la haute mer pour le chalut d’hiver. La maquette d’un thonier « dundee » rouge et celle d’un sinagot suspendus à la voûte, ainsi que tous les ex-voto marins présents sur les murs de la chapelle témoignent de la prière que les habitants de l’île adressaient à la Vierge Marie pour lui confier les fils et leurs pères, afin qu’ils reviennent sains et saufs